Insomnies

Retour

Qu’est-ce que l’insomnie ?

L’insomnie est définie comme une difficulté à dormir, qui entraine des conséquences en journée, et ce, malgré des conditions adéquates pour le sommeil de nuit.

L’insomnie peut se traduire par :

  • des difficultés d’endormissement,
  • des éveils dans la nuit,
  • un réveil trop précoce le matin,
  • la sensation d’un sommeil non reposant et non récupérateur.

 

Elle s’accompagne aussi d’un retentissement sur la qualité de la journée, tels que :

  • une fatigue, une somnolence,
  • des troubles de la concentration et de la mémoire,
  • des troubles de l’humeur ou une irritabilité.

 

L’insomnie est la plus fréquente des pathologies du sommeil. On estime à plus de 30% les adultes présentant des difficultés de sommeil occasionnelles et à 10% ceux souffrant d’insomnie chronique, c’est-à-dire, lorsqu’elle se répète plus de 3 fois par semaine depuis au moins 3 mois.

 

Il existe de nombreuses formes d’insomnie, parmi elles :

  • L’insomnie « psychophysiologique ». Il s’agit de la forme la plus courante d’insomnie. Elle résulte de préoccupations excessives concernant son sommeil. En effet, le patient angoisse à l’idée de ne pas s’endormir ou de ne pas dormir suffisamment, si bien qu’il craint le moment du coucher. S’installe alors un conditionnement négatif qui empêche le sommeil.
  • L’insomnie due à une mauvaise hygiène de sommeil. Elle découle de mauvaises habitudes de vie qui nuisent à la bonne qualité du sommeil. Parmi elles, notons les horaires de sommeil irréguliers, les siestes trop longues, l’exposition aux écrans avant le coucher (TV, Smartphones…), l’usage ou abus de substances (caféine, tabac, alcool, drogues…).
  • L’insomnie liée aux pathologies médicales (asthme, hyperthyroïdie, douleurs chroniques …), psychiatriques (dépression, anxiété…) et l’insomnie liée aux pathologies du sommeil (apnées du sommeil, syndrome des jambes sans repos, mouvements périodiques de jambes…).

 

La prise en charge de l’insomnie chronique

Il s’agit tout d’abord de prendre en charge les pathologies associées pouvant perturber le sommeil. S’il existe d’autres pathologies du sommeil (apnées du sommeil, syndrome de jambes sans repos, mouvements périodiques de jambes …), celles-ci devront être diagnostiquées et traitées.

Parallèlement, les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) seront à privilégier pour permettre de corriger les erreurs d’hygiène de sommeil et d’adopter un comportement favorable au sommeil.

Le principe des TCC est de remplacer les comportements inadaptés et les croyances erronées sur le sommeil par d’autres plus appropriés. Dans le traitement de l’insomnie, elles visent à faire prendre conscience des erreurs que l’on fait pour gérer ses difficultés de sommeil. Les thérapies cognitivo-comportementales reposent sur une série de séances, au cours desquelles les notions d’hygiène du sommeil, d’appréhension de l’insomnie, du temps passé au lit sans dormir sont abordées.