Ronflements

Retour

Les ronflements

Le ronflement (ou ronchopathie) désigne le bruit respiratoire, rauque, plus ou moins fort, que produit un dormeur.

Très fréquent, il touche plus de 40 % des adultes de plus de 50 ans de manière régulière. Il peut aussi survenir chez l’enfant. Selon les individus, le ronflement peut être passager, intermittent ou régulier.

Le ronflement s’explique par la vibration des tissus de la gorge qui se relâchent pendant le sommeil. L’air circule plus difficilement et fait vibrer les tissus pharyngés, les plus connus étant la luette et le voile du palais. Plus les voies respiratoires sont rétrécies, plus la vibration est importante, et plus le bruit du ronflement est intense. Il peut dépasser les 90 décibels, soit l’équivalent du bruit d’un camion qui passe !

 

Plusieurs facteurs sont susceptibles de favoriser les ronflements :

  • Le sexe : les hommes ronflent plus que les femmes ;
  • L’âge : le ronflement augmente avec les années ;
  • Le poids : le surpoids favorise les ronflements quotidiens ;
  • L’absorption d’alcool, la prise de médicaments (somnifères, anxiolytiques, antihistaminiques) à l’heure du coucher,  augmentent le relâchement des tissus musculaires ;
  • Le tabac : il entraîne une inflammation chronique des voies aériennes supérieures gênant le passage de l’air.

 

Souvent sujette à plaisanterie, le ronflement chronique doit être considéré avec sérieux.

En effet, bien qu’il s’agisse souvent d’un trouble bénin qui n’a pas de conséquences autres que la gêne de l’entourage, le ronflement peut aussi traduire un problème plus grave : le Syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS). Dans ce cas, le ronfleur fait des arrêts respiratoires (ou apnées) fréquents et inconscients pendant son sommeil. Environ 10 % des ronfleurs en souffriraient.

 

Ronflements