Troubles du rythme circadien

Retour

Troubles du rythme circadien

L’homme est un animal diurne. Nous sommes conçus pour vivre le jour et dormir la nuit selon un rythme proche de 24h : c’est le rythme circadien (circa, «  autour », et dies, « jour »).

Les troubles du rythme circadien se caractérisent par un défaut d’alignement de notre rythme veille/sommeil avec l’alternance jour/nuit.

Les troubles du rythme circadien comprennent, entre autres, le travail posté, le décalage horaire, l’avance de phase et le retard de phase. Ainsi, certains de ces troubles sont liés à des perturbations extérieures (travail posté, décalage horaire) alors que d’autres sont liés à un dérèglement interne de ce rythme (avance de phase, retard de phase).

Ces troubles peuvent avoir des effets néfastes sur notre santé, nos performances cognitives, notre vie professionnelle et sociale.

Le travail posté et le décalage horaire « jet lag »

Le travail « posté »

En France, le travail posté concerne 20% des salariés. Il s’agit souvent d’horaires de travail atypiques, irréguliers, en dehors des heures conventionnelles du travail de jour. Ces horaires atypiques, étant discordant avec ceux favorisés par notre rythme circadien, peuvent être la cause d’une plus faible performance, vigilance au travail et de la hausse du risque d’accidents (accidents de travail, de conduite…).

Le décalage horaire ou « jet lag »

Dans notre monde moderne, des millions de voyageurs souffrent de décalage horaire après avoir traversé rapidement plusieurs fuseaux horaires et présentent des perturbations de leur vigilance, de leur sommeil à leur arrivée. La sévérité de ces troubles dépend, par exemple, de la direction du vol (vers l’est ou l’ouest) et du nombre de fuseaux horaires traversés.

 

L’avance de phase

Le syndrome d’« avance de phase » se caractérise par des horaires de coucher et de lever précoces. L’endormissement survient très tôt le soir, mais le réveil se produit également très tôt le matin avec l’impossibilité de se rendormir en fin de nuit.

Ce trouble touche fréquemment les personnes âgées.

 

Le retard de phase

Le syndrome de « retard de phase » se caractérise par des horaires de coucher et de lever tardifs.
Il s’agit du syndrome le plus couramment retrouvé dans les anomalies du rythme veille/sommeil et touche particulièrement les adolescents et les jeunes adultes.

Les causes peuvent être à la fois physiologiques et comportementales. En effet, il s’agit souvent de personnes ayant une constitution de « couche-tard/lève-tard » et dont les comportements ne font que renforcer leurs difficultés. Par exemple, « l’hyperconnectivité » (mails, réseaux sociaux…) et l’exposition aux lumières des écrans (smartphone, ordinateur, TV…) avant le coucher contribuent à nuire à leur endormissement et décaler leur horloge interne.

L’insomnie d’endormissement et la somnolence la journée constituent des plaintes fréquentes chez ces patients qui éprouvent des difficultés à s’endormir ou se réveiller à des horaires « socialement acceptables ».

 

Diagnostic :

Le diagnostic se fait le plus souvent par l’analyse d’un agenda du sommeil et d’une actimétrie.

 

Traitement :

Il repose essentiellement sur l’hygiène du sommeil, la luminothérapie et/ou la mélatonine quand cela est nécessaire.